Yannick St-Louis n’a pas toujours su qu’il voulait devenir chef cuisinier. Il dit souvent à la blague qu’il est tombé par accident dans le domaine : « Tout est parti d’une intoxication alimentaire, alors que j’étais barman. Nous avions mangé des wraps au poulet au cours de la soirée et mon équipe et moi avons été très malades. À partir de cet événement, j’ai décidé de faire les repas par moi-même et le succès a été instantané. C’est ce qui m’a poussé à me former et qui m’a donné la passion du métier. »

Yannick St-Louis a intégré l’École hôtelière de Laval en 2015. Il a adoré son DEP en Cuisine et il le recommande à tous. Avec toutes les compétences et les connaissances acquises, il a complété un premier stage au Texas Star, un restaurant à Saint-Eustache. Pour son deuxième stage, il a manifesté sa volonté d’apprendre les produits Boréal à son enseignant. C’est ainsi qu’il fut accueilli au Forestel, le restaurant de l’Hôtel Forestel, avec nul autre que le chef exécutif M. Yves Moreau qui est selon lui l’emblème de la cuisine en Abitibi-Témiscamingue.

Le souvenir qu’il lui restera à jamais en tête de l’École hôtelière de Laval est un échange qu’il a eu avec chef Hotte, enseignant en Cuisine : « Il m’avait dit, alors que nous faisions la vaisselle après un service; quand tu es cuisinier, tu travailles fort, mais quand tu es chef, tu travailles encore mille fois plus fort. » Ces sages paroles l’ont poussé à aller encore plus loin, à devenir chef, à s’instruire, à faire de sa carrière un objectif de vie.

Vain ensuite son arrivée officielle sur le marché du travail. C’est à ce moment qu’il a ouvert le restaurant Pickles, à Saint-Eustache, avec le chef Éric Keegan, l’une de ses plus grandes fiertés jusqu’à présent. Ensuite, Yannick a travaillé au restaurant Au Petit Poucet à Val-David pour finalement réunir ces forces de cuisiner au café-boulangerie Merci la vie située à Piedmont, un endroit où il œuvre aujourd’hui et où il se réalise pleinement.

Dans son métier, ce qu’il préfère, c’est le sentiment d’arriver à la perfection, le plaisir de faire des essais pour arriver à des résultats et l’adrénaline que lui procure le service. « Mon énergie, ma mise en place et ma constance sont mes meilleures alliées en cuisine », a-t-il affirmé. On le remarque d’ailleurs assez rapidement lorsqu’il réalise son plat préféré, la crêpe aux pêches, une recette de son père qu’il a mis à sa couleur! Yannick l’a décrit d’ailleurs de bien belle façon : « Une crêpe aux pêches farcie de fromage mozzarella et de bacon accompagnée d’un sirop de pêche au miel et pour provoquer, des vers de farine nourrit à l’avoine. Si c’est bon? Oh oui. ».

Pour rencontrer Yannick St-Louis et goûter sa cuisine fraiche et actuelle, rendez-vous au café-boulangerie Mercie la vie de Piedmont.

 

Pour t’inscrire comme Yannick au DEP en Cuisine, c’est ici.

Pour partager cet article: